Troché de Face, LapinLapin

par ghyslain bertholon  -  30 Janvier 2015, 16:48  -  #les oeuvres en images

Lapin X2

 

lapin lapin 1 NET

Troché de Face, Lapin Lapin

(Série des Trochés de face débutée en 2003)

Taxidermie et bois laqué

 

Voici le dernier né de mes Trochés : Le Troché de Face, Lapin Lapin


Difficile de distinguer sa particularité de prime abord.

Présenté à côté de l'un de mes Trochés de Face "classique" (à gauche sur l'image ci-dessous), la différence se lit plus clairement.

 

Cette série d'œuvres interroge les rapports de domination que nous, animaux humains, exerçons sur la nature en général et sur les animaux en particulier. Cette nature que nous contraignons, plions et déformons à notre convenance afin de satisfaire nos exigences égoïstes. Ces petits bouts de nature que nous enfermons pour notre plaisir. Cette nature  que nous martyrisons à défaut de la maîtriser.

 

 

Petit rappel amical /

Les peaux utilisées pour la production de ces oeuvres sont issues de la filière agro-alimentaire et échappent ainsi à la destruction.

 

 

 

lapin lapin + lapin vue d'atelier NET

 

Avec Ghyslain Bertholon l’art animalier en prend pour son grade. Les trophées de chasse affichés en armoirie sont mis - stricto sensu - sinon « cul par-dessus tête » du moins selon une scénarisation où la seconde est remplacée par le premier. La monstration est des plus caustiques et la critique dépasse le simple caractère écologiste. De la masse d’oubli où il est empaillé, par l’intermédiaire de chorégraphies ou de figures de style intempestives l’animal fait la nique à tout atrabilaire voyeur. Ce dernier ne peut rester que décontenancé voire estomaqué là où les victoires de vènerie sont déportées selon une mise en scène dégondée.


 Le statut et l’histoire de l'art animalier sont démontés par celui qui est plus chasseur d’image que d’animaux sauvages. Il ne cherche pas à les domestiquer et préfère introduire du leurre dans le leurre en redistribuant les cartes.  Les restes du « corps à corps » que se livre l'animal avec l’homme se transpose en un « image-à-image ». La naturalisation est transgressée par l’imaginaire dévoreur des forfanteries chasseresses. Diane n’est plus ici : ses prébendes et ses « crimes » sont ironisés par l’énigme d’images célibataires présages peut-être d’un avenir destructeur. L’imagerie de vènerie dérape en des « sculptures » vénéneuses. Elles impliquent tout un déplacement psychique. Il ne faut pas plus se demander d’où vient l’image mais pourquoi et comment. Ce qu’elle découvre n’était pas prévu - du moins pas de cette manière. Le tout pour un ravissement particulier du regard : désaxé de ses perceptions acquises son nœud se défait.


 Jean-Paul Gavard-Perret / Septembre 2014

 

 


Saluti de ghyslain bertholon

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :