Paloma

par ghyslain bertholon  -  1 Avril 2014, 07:58  -  #actualité artistique

Lauréat 1% artistique Vitry sur Seine

 

montage balzac1 barbouillage sans persoNET

PALOMA, projet pour le Square Balzac à Vitry sur Seine / ghyslain bertholon 2014

 

Mon projet Paloma a été retenu dans le cadre du 1% artistique des crèches multi accueil Elsa Triolet/Olympe de Gouges à Vitry sur Seine. L'œuvre sera installée square Balzac à l'automne  2014.


J’ai imaginé cette œuvre suite à ma visite du square Balzac, en réponse à la volonté de changements et d’ouverture des acteurs du quartier et aux singularités de ce parc : petit bout de nature en cœur de ville, terrain de jeux et lieu de rencontre. Mes premiers croquis mettaient déjà en scène un enfant et un oiseau.

 

Poézie urbaine

 

J’ai choisi d’ouvrir le square au rêve en proposant une œuvre en forme de poésie.
Allongée sur le dos d’un oiseau, un enfant regarde le ciel en souriant.
L’oiseau semble démesuré.
Il est en fait à l’échelle des rêves de l’enfant.
L’oiseau se repose de ses voyages, la petite fille rêve en regardant les nuages.
Autour d’eux des gouttes d’eau reflètent l’immensité du ciel.

L’enfant, symbole d’avenir.
Tournée vers le ciel, cette petite fille propose un lendemain plein de promesses. Confortablement installée sur le dos duveteux de l’oiseau, elle fixe le bleu du ciel en souriant et nous entraîne dans ses rêves. Cet enfant est notre bien le plus précieux, il est notre espoir, notre futur.

L’oiseau comme symbole de liberté.
Le choix du pigeon biset (Columba Livia) s’est imposé naturellement car il est à la fois l’oiseau de nos cités (animal urbain par excellence) et pigeon voyageur (allégorie de l’aventure). Il est la ville et la nature, le sédentaire et le nomade. Sa taille imposante protège les songeries de l’enfant. Il est la sérénité, le calme, la paix (Nota/la sculpture de l’oiseau sera traitée en blanc nacré).

Le ciel est à lire dans les yeux de l’enfant, sur les ailes de l’oiseau et dans le reflet des «gouttes d’eau». Il est l’ouverture sur l’autre et sur l’ailleurs. Un même ciel partout, pour toutes et pour tous.

Autour de la sculpture de l’oiseau et de l’enfant, des gouttes d’eau reflètent les nuages. Elles sont le lien entre terre et ciel. L’eau, omniprésente dans le square avec ses bassins vides et son petit pont, s’invite dans et autour de l’œuvre. Elle apporte avec elle un petit bout du ciel.

 

Je vous tiendrai naturellement au courant des avancées de ce projet.


Bien à vous

ghyslainbertholon