Troché (présenté de face), vache

par Ghyslain Bertholon  -  4 Août 2008, 15:55  -  #actualité artistique

Bonjour,
cette pièce est actuellement présentée au FRAC Languedoc Roussillon (à Montpellier) dans le cadre de l'exposition intitulée "La Dégelée Rabelais".
L'expo se poursuit jusqu'au 14 septembre.

Plus d'infos à cette adresse : dégelée rabelais

Bel été à vous !..
GB

Nota : Aucun animal n'est tué pour la réalisation de ces pièces (les peaux utilisées sont récupérées dans les filières réglementées, principalement agro-alimentaire et échappent ainsi à la destruction).

Troché (présenté de face), vache
Ghyslain Bertholon 2008





















































































Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Sarah 05/09/2008 17:00

Merci beaucoup pour votre réponse. :)

Sarah 09/08/2008 23:14

Bonjour,J'ai découvert aujourd'hui, au FRAC de Montpellier, une partie de votre travail et ce soir votre blog. Ma 1ère impression en voyant votre vache (de loin) a été "waow, on dirait une vraie !". En m'approchant, j'ai compris pourquoi. En tant que végétarienne, cela m'a un peu dérangée (mais l'art est fait pour déranger) et je me suis demandée quelles avaient été les circonstances de la taxidermie. Dans un 2nd temps, j'ai trouvé la situation drôle parce que ridicule : détourner un trophée de chasse de son image traditionnelle (tête) mais aussi du fait du choix de l'animal (vache au lieu de cerf). Je ne sais pas si vous aurez envie de m'expliquer le sens de votre démarche, si vous aviez envie de ridiculiser cette pratique ou si ce n'est que pur choix esthétique. :)Par ailleurs, le "malaise" lié à votre oeuvre nous a fait rebondir sur celui instauré par Jan Fabre mais là est une autre histoire...Au plaisir de retrouver certains de vos instants ici ou ailleurs !

Ghyslain Bertholon 19/08/2008 13:11



Bonjour Sarah,
et ravi de constater que mon travail vous a fait réagir.
Il s'agit effectivement d'un travail sur "la chasse", mais aussi et avant tout sur l'homme (son orgueil, sa faculté immense à avancer les yeux fermer et le sourire aux lèvres, droit
dans le mur).
Je vous préciserai ici que, si je fais très souvent appel à une forme d'humour dans la forme, les pièces que je réalise sont, dans le fond, toujours politiques (au sens Polis, gestion de
la cité). Ce travail est également engagé et citoyen. J'ai d'ailleurs beaucoup de mal à envisager la fonction d'artiste hors de ces notions, comme on pourrait être "hors la vie". Je suis
dans la vie, avec mes interrogations, mes doutes, mes convictions, bref, ma vision du monde.
Ce Troché s'inscrit dans une série débuté il y a plusieurs années. Il s'agit d'une de mes Poézies. Celle-ci est née de la résurgence d'un souvenir d'enfance qui m'avait conduit à assiter
à un massacre le jour de l'ouverture de la chasse. J'avais 7 ou 8 ans. Voilà le point de départ. Ensuite viennent les notions économiques, écologiques, politiques.
Pour le reste, je vous laisse à votre propre vision des choses car comme j'aime à le dire (mais d'autres l'ont dit bien avant moi) la vision du regardeur participe de l'oeuvre. Votre
propre poésie fais vivre la pièce, lui donne du sens (quand bien même ce sens ne serait pas celui prioritairement défendu par l'artiste) .
Pour finir, je vous signal que ma pièce Vanitas est également exposée en ce moment. Elle se trouve au Musée PAB de Alès. Il s'agit là encore d'un animal naturalisé (ainsi que de mouches
également naturalisées !). Puisque vous évoquiez le cerf, je vous laisse découvrir cette pièce.
En vous remerciant pour votre curiosité,
je vous souhaite de belles choses à vivre et à découvrir.

Amicalement.
G. B.