Human go home, please!

par Ghyslain Bertholon  -  1 Novembre 2007, 20:51  -  #textes de Ghyslain Bertholon

Il y a cinquante ans, Spoutnik démarrait, au nom de l'URSS, sa ronde monotone autour de la Terre. Moins de vingt années plus tard, les américains foulaient les premiers la surface de la lune. C'était le 21 juillet 1969.

 

Il y a peu, la Chine a dévoilé son programme d'exploration du sol lunaire pour les treize années à venir alors qu'un projet de station spatiale internationale projette de s'y installer pour une durée de trente ans minimum.

 

J'étais à l'atelier à travailler, écoutant d'une oreille distraite la radio qui ronronnait, lorsque j'ai entendu ces dernières nouvelles : la lune, notre paisible satellite, allait, une fois encore, servir de cible aux prétentions humaines.
Symbole de l'indomptable maîtrisé, de l'inaccessible ramené à notre porte, la lune demeure un enjeu économique de taille. Vitrine de la puissance technologique des pays les plus riches de notre planète, aux yeux émerveillés du peuple humain.

 

J'ai alors empoigné mon carnet et sobrement inscrit cette simple phrase aux relents frondeurs et xénophobes : HUMAN GO HOME!
Quelques mots tracés entre les cratères, dans la poussière du sol lunaire.Bouteille à la mer lancée à la face des terriens par d'improbables voisins.

 

Quelques mots pour embrasser l'humanité et la placer toute entière au rang d'envahisseur. D'indésirable. De parasite qui, après avoir rendu malade sa planète hôte, tente de contaminer les autres, cherche à coloniser le reste de l'espace.

 

Sur place la colère explose. Les véritables habitants de la lune se dévoilent enfin et s'organisent. La résistance prend corps. Les stratégies de défense se mettent en place pour lutter contre ce fléau nouveau : le virus humain.
GB

 



HUMAN GO HOME!
/ Ghyslain Bertholon 2006-2007
Impression sur plexiglass dans caisson lumineux / 100X80X25cm
Multiple produit à 10 exemplaires par la Galerie Georges Verney-Carron

human-go-home-net.jpg