Troché de face

par ghyslain bertholon  -  21 Février 2016, 10:46

Drôle de Zèbre

Je suis en train de travailler sur un nouveau grand Troché de Face qui sera présenté chez Olivier Castaing lors de mon expo perso qui débutera le 10 mars 2016.

Saluti amicali,

ghyslain bertholon

Revenge!

You're innocent when you dream

School Gallery / Olivier Castaing

322 rue Saint Martin

75003 Paris

Troché de face

"Un zèbre et deux wallabies affichent à nos faces leurs queues, pattes et postérieurs. Évidemment la forme et l’effet sont désopilants mais à y penser de plus près, ils ont peur et veulent sauver leur peau. S’échapper, se dérober, ils cherchent à s’extraire, entrer dans un trou, faire l’autruche ou essayent de se cacher, se camoufler comme les caméléons. Il y a un peu de La Fontaine chez Ghyslain Bertholon qui a choisi la figure animale pour se moquer, sérieusement mais avec le sourire, des hommes, épingler au mur et à nos yeux, les peurs, les violences, les contradictions d’un monde en sursis. Ses fameux Trochés, présents dans son travail depuis 2003 – lièvres, lapins, souris, vaches, sangliers, lions, kangourous… –, sont les facétieux et tristes trophées d’une humanité qui s’égare dans ses absurdités et ses sauvageries. Jules Renard n’écrivait-il pas, déjà, dans son Journal « La guerre n’est peut être que la revanche des bêtes que nous avons tuées » ? Léon Tolstoï n’affirmait-il pas à la fin du XIXe siècle « Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de bataille » ? Marguerite Yourcenar ne disait-elle pas « L’homme a peu de chances de cesser d’être un tortionnaire pour l’homme tant qu’il continuera à apprendre sur l’animal son métier de bourreau » ?

(...)

Extrait du texte Revenge! de Julie Estève, février 2015

Nota bene : 

Le travail de Ghyslain Bertholon dénonce les rapports de domination que nous, animaux humains, exerçons sur la nature en général et les animaux en particulier.

Aucun animal n'est tué pour produire ces œuvres. 

Les peaux utilisées pour la réalisation de ces sculptures sont issues des filières réglementées, notamment agroalimentaires, et échappent ainsi à la destruction.